Bretagne. Retour à la croissance ? – Bretagne – Le Journal des entreprises

« Encore plus optimistes qu’en novembre dernier, les PME bretonnes annoncent le retour à la croissance », selon le baromètre de conjoncture de Bpifrance publié cet été. Un « contexte assez porteur » estime l’institution, chiffres à l’appui.

42 % des entreprises bretonnes interrogées pour la 63e enquête de conjoncture de Bpifrance prévoient une hausse de leur chiffre d’affaires 2016 par rapport à celui de 2015, et 16 % une diminution. Le solde d’opinion, à +26 (vs +13 au niveau national), supérieur de 8 points à la moyenne nationale sur 20 ans (+17,8) gagne dix points en un an. Il est au 1er rang des régions. En valeur nominale, « l’évolution du chiffre d’affaires, prévue à +2,5 % en moyenne (vs +1,3 % au niveau national) après +0,6 % en 2015, confirme la reprise annoncée. Cette évolution est parmi les meilleures des régions analysées », note Bpifrance.

L’emploi à la traine mais les trésoreries meilleures

Cet optimisme ne se ressent pas encore en terme d’emploi qui « peine à redémarrer ». Par rapport à fin 2015, une même proportion d’entreprises bretonnes (18%) a accru ou diminué ses effectifs. En Bretagne, le solde d’opinion à 0, contre +5 au niveau national, perd un point en un an. Dans ce « contexte assez porteur », 20% des PME bretonnes espèrent renforcer leurs
effectifs en 2017 et 8 % les réduire.

En terme de trésorerie, la situation semble aussi en bonne voie. Au premier semestre 2016, « les trésoreries ont continué de s’assouplir » et « le pourcentage des PME régionales ayant rencontré des difficultés a poursuivi sa baisse » : après 32% en mai 2015 et 30% en novembre dernier, il descend à 28% en mai. Pour le deuxième semestre, cette amélioration devrait se prolonger selon l’institution : 17% des PME bretonnes espèrent un assouplissement des trésoreries et, à l’inverse, 12% craignent de nouvelles tensions.

Du jamais vu depuis la crise de 2008 mais prudence

Les résultats 2016 devraient être meilleurs que ceux de 2015, 24 % des PME les prévoyant en hausse et 15 % en baisse. Le solde d’opinion en terme de rentabilité, positif pour la première fois, est « à son plus haut niveau depuis la crise de 2008 ». Quant aux investissements, plus de la moitié (52 % vs 47 % France entière) des PME bretonnes pensent investir en 2016 et leurs dépenses prévisionnelles sont à la hausse. Prudence toutefois pour 2017, 30 % des PME bretonnes prévoient une croissance de leur activité l’an prochain (8 % un recul), mais le solde d’opinion, à +22 (contre +20 au niveau national), « bien que très positif perd toutefois quatre points en un an ».

G.B.

JDE | Édition | 26 août 2016

via Bretagne. Retour à la croissance ? – Bretagne – Le Journal des entreprises

Impayé : une procédure courte et efficace pour se faire payer

http://www.gautier-girard.com/dossiers-entrepreneurs-et-managers/gestion-et-comptabilite/impaye-une-procedure-courte-et-efficace-pour-se-faire-payer/

Ifop – Baromètre sur le financement et l’accès au crédit des PME – Vague 27

Ifop.com : l’actualité en direct des publications et des solutions études dans les secteurs de l’Opinion et de la Stratégie d’Entreprise, de la Grande consommation , des Services, de la Santé, du Luxe , des Médias et du numérique.

Source : Ifop – Baromètre sur le financement et l’accès au crédit des PME – Vague 27

Pourquoi Orange veut devenir banquier ?

Au delà de l’intérêt évident lié au bénéfice d’une infrastructure bancaire opérationnelle offerte sur un plateau et de l’expertise digitale qu’Orange peut apporter au secteur bancaire, la vérité est ailleurs selon moi.

Et cette vérité est dans le « BIG DATA ». En effet, point de salut et de rentabilité demain sans la commercialisation de données.

Or, aujourd’hui, Orange peut disposer des 3/4 des données concernant nos comportement  d’achat à savoir la phase de recherche d’informations sur les produits avec Bing notamment son moteur de recherche, les sites que nous pouvons consulter qui en disent beaucoup sur ce que nous sommmes.

Mais aussi, les programmes TV ou VOD que nous consommons via son offre triple play.

Bref, que ce soit à la maison ou en mobilité, elle sait tout de nous.

Mais, n’oublions pas qu’il y à un autre Big Data, celui de nos dépenses !

Votre banquier sait tout de vous et de votre mode de vie. Vos relevés compte sont une vraie mine d’or.

Où êtes vous aller ce week-end ? Les resto où vous avez manger le midi …

Orange s’offre le coté obscur de nos dépenses pour mieux vendre aux Web-Marketeurs.

Mais qui pourrait blâmer le numéro des opérateurs, il a raison de ne pas laisser le champs libre aux GAFA.

 

Le Web français dépasse le milliard d’euros levé en 2015 : Levées de fonds du Web français 2015 – JDN

via Le Web français dépasse le milliard d’euros levé en 2015 : Levées de fonds du Web français 2015 – JDN.

Effectivement, beaucoup de levée de fonds sur 2016 pour les jeunes entreprises innovantes dites « start-up ». Cette tendance est la preuve du dynamisme de l’écosystème numérique français. Néanmoins, le Consumer Eletronic Show nous fait aussi la démonstration que cet entrepreneuriat doit encore profiter de cette vitrine pour aller chercher du financement aux États-Unis.

Aujourd’hui, ces start-up s’articulent autour de différentes grandes familles : Bio-tech (santé), Clean-tech (environnement), Web-tech (numérique).

Leur mode de financement peut se dérouler en trois phases.

Le premier tour corresponds à l’amorçage avec quelques  centaines de milliers d’euros, le second tour au déploiement commercial avec quelques  millions d’euros et le troisième tour au développement à l’international avec plusieurs dizaine de millions d’euros.

Sur 2016, on a assisté principalement à des levées concernant la dernière étape.

Nous sommes donc sur des jeunes entreprises notamment du numérique qui apparaissent très attractives dans ce domaine même pour les investisseurs étrangers. Elles arrivent en effet à mobiliser des capitaux.

Ces financements s’appuient sur deux catégories investisseurs : les fonds d’investissement Nord-Américains (les trois principaux deals de l’année en France) et les entreprises (une grosse dizaine d’industriels français).

Nous pouvons dire que la dynamique est lancée.