Casse dans votre boutique, qui paye ?

Lors de vos courses alimentaires, une bouteille d’huile en verre vous a échappé des mains et s’est brisée en mille morceaux contre le sol et l’un des verres à pied que vous aviez mis dans votre chariot s’est fendu au contact des autres articles.

En pratique, le magasin qui est spécialement couvert pour ce type de sinistre, ne vous fera rien payer mais rien ne l’oblige à ce geste commercial. En effet, il est en droit de vous demander le remboursement des produits qui ne peuvent plus être remis en vente dans le cas où l’accident a été causé :

Quelle transition numérique pour les boutiques ?

Mais il semble que les commerçants n’aient pas encore une vison très claire de ce qu’ils doivent en faire. En effet, 4 % ont un objectif précis de leur transformation numérique.

Nombreux sont ceux qui utilisent des écrans sans interactions. Pourtant; l’enjeu est là.

Les boutiques et enseignes de plus de 1000 m² ayant sauté le pas de la transformation digitale ont observées pour 44% d’entre elles une croissance de leur volume d’affaires.

Comment se porte le commerce de proximité ?

La Fédération des centres de gestions agréés (FCGA) vient de publier son enquête annuelle sur les résultats dégagés en 2015 par les 183 000 TPE (commerçants, artisans et prestataires de service) soumises à l’impôt sur le revenu. Quelques constats :
– Deux secteurs professionnels présentent un chiffre d’affaires en hausse réellement positive : les services et les transports.
– 3 autres familles professionnelles stabilisent leurs ventes par rapport à l’année précédente : l’hôtellerie-restauration, le commerce de détail alimentaire et la beauté-esthétique.
– 6 secteurs d’activité affichent des chiffres d’affaires en repli : l’auto-moto, l’équipement de la maison, la santé, la culture et les loisirs, le bâtiment, l’équipement de la personne.