Infographie : Le bon choix de publication en fonction du réseau social

via [Social Media] La publication parfaite pour vos réseaux sociaux —

A quoi ressemblera la boutique de demain ?

Dans cette boutique de demain (45 m²) les CCI proposent aux commerçants et au public de tester 16 technologies et 20 applications, de la vitrine interactive au miroir connecté, en passant par les portants mettant à jour l’inventaire en temps réel, les paiements sans contact ou la signature olfactive.

//embedftv-a.akamaihd.net/55ed781fd19553aadc987b9255398411

Source : France3

Le E-commerce ne se suffit plus à lui même !

Le consommateur veut pouvoir choisir le bon canal, au bon endroit et au meilleur moment.

vision-du-multicanal

Source : http://www.chefdentreprise.com/.

Il passe du web au point de vente et du magasin à la toile de manière indifférente.

phygitalphygital2

Et le commerce doit être aujourd’hui connecté sous peine de disparaitre.

C’est l’essence même de la transition numérique à produire pour les commerçants aujourd’hui qu’ils soient du commerce associé ou traditionnel.

avenir-du-commerce

Ce chemin contrairement aux idées reçues est sans retour !

 

 

 

l impact de la publicite en ligne sur l’acte d’achat

53% des internautes achètent après avoir vu une publicité en ligne http://www.chefdentreprise.com/Thematique/marketing-vente-1027/Infographies/internautes-achetent-apres-avoir-publicite-ligne-308671.htm#xtor=&utm_source=TouteLinfo&utm_medium=Rss&utm_campaign=

Bretagne. Retour à la croissance ? – Bretagne – Le Journal des entreprises

« Encore plus optimistes qu’en novembre dernier, les PME bretonnes annoncent le retour à la croissance », selon le baromètre de conjoncture de Bpifrance publié cet été. Un « contexte assez porteur » estime l’institution, chiffres à l’appui.

42 % des entreprises bretonnes interrogées pour la 63e enquête de conjoncture de Bpifrance prévoient une hausse de leur chiffre d’affaires 2016 par rapport à celui de 2015, et 16 % une diminution. Le solde d’opinion, à +26 (vs +13 au niveau national), supérieur de 8 points à la moyenne nationale sur 20 ans (+17,8) gagne dix points en un an. Il est au 1er rang des régions. En valeur nominale, « l’évolution du chiffre d’affaires, prévue à +2,5 % en moyenne (vs +1,3 % au niveau national) après +0,6 % en 2015, confirme la reprise annoncée. Cette évolution est parmi les meilleures des régions analysées », note Bpifrance.

L’emploi à la traine mais les trésoreries meilleures

Cet optimisme ne se ressent pas encore en terme d’emploi qui « peine à redémarrer ». Par rapport à fin 2015, une même proportion d’entreprises bretonnes (18%) a accru ou diminué ses effectifs. En Bretagne, le solde d’opinion à 0, contre +5 au niveau national, perd un point en un an. Dans ce « contexte assez porteur », 20% des PME bretonnes espèrent renforcer leurs
effectifs en 2017 et 8 % les réduire.

En terme de trésorerie, la situation semble aussi en bonne voie. Au premier semestre 2016, « les trésoreries ont continué de s’assouplir » et « le pourcentage des PME régionales ayant rencontré des difficultés a poursuivi sa baisse » : après 32% en mai 2015 et 30% en novembre dernier, il descend à 28% en mai. Pour le deuxième semestre, cette amélioration devrait se prolonger selon l’institution : 17% des PME bretonnes espèrent un assouplissement des trésoreries et, à l’inverse, 12% craignent de nouvelles tensions.

Du jamais vu depuis la crise de 2008 mais prudence

Les résultats 2016 devraient être meilleurs que ceux de 2015, 24 % des PME les prévoyant en hausse et 15 % en baisse. Le solde d’opinion en terme de rentabilité, positif pour la première fois, est « à son plus haut niveau depuis la crise de 2008 ». Quant aux investissements, plus de la moitié (52 % vs 47 % France entière) des PME bretonnes pensent investir en 2016 et leurs dépenses prévisionnelles sont à la hausse. Prudence toutefois pour 2017, 30 % des PME bretonnes prévoient une croissance de leur activité l’an prochain (8 % un recul), mais le solde d’opinion, à +22 (contre +20 au niveau national), « bien que très positif perd toutefois quatre points en un an ».

G.B.

JDE | Édition | 26 août 2016

via Bretagne. Retour à la croissance ? – Bretagne – Le Journal des entreprises

Une plateforme d’achat dédiée aux entrepreneurs pour le matériel informatique

L’internet des objets : Infographie

 

infographie internet des objets

Best of de l’été : Renforcer la centralité urbaine pour un commerce attractif

Featured Image -- 1003

L’ensemble de l’article souligne les directions à prendre pour renforcer l’attractivité du centre-ville . Mais les rééquilibrage de pôles commerciaux et l’urbanisme commercial exigent de nos élus locaux : une visons à long terme souvent antinomique avec leur mandat. Par ailleurs, les commerçants ont effectivement une part importante à jouer dans l’invention du nouveau centre-ville. Enfin, les bailleurs doivent tendre vers plus de modération dans les loyers qu’ils pratiquent.
Bref, nombreux sont les acteurs de la renaissance de nos cœurs de ville

Direction centre-ville

Depuis les années 1960, la trame commerciale de nos centres-villes s’est profondément modifiée avec le développement de la grande distribution et l’émergence des zones commerciales périphériques. L’hypercentre pour subsister, être dynamique et attractif doit conforter sa centralité.

La notion de centralité

Le terme de centralité en urbanisme désigne la faculté d’un lieu à concentrer dans un même espace un ensemble de fonctions diverses imbriquées les unes aux autres, comme par exemple : les commerces, les services aux usagers, les emplois et les activités économiques, administratives ou autres, les équipements collectifs et les logements. La centralité est un lieu de rencontre entre les catégories sociales, ce qui en fait un instrument important du développement de la vie sociale.

La hiérarchie des pôles

Aujourd’hui les centres-villes ne peuvent plus prétendre incarner à eux seuls la centralité qu’ils doivent désormais partager avec d’autres sites, comme par exemple les centres commerciaux. Il s’établit une…

View original post 341 mots de plus

L’infographie : Typologie du cyber-acheteur en 2016.

Un homme de 25-34 ans, cadre diplômé et plutôt urbain qui dépense en ligne 1780 € :

typologie cybercaheteur 2016 - infographie

 

Le début des soldes d’été en chiffres :

infographie soles ete 2016